03/10/2011

445 Le temps reptilien

Loïc a vécu deux expériences où savoir chuter lui a sauvé de dommages graves corporelles. En glissant sur un tapis avec une chute arrière et une chute à vélo en roulade avant. Le point commun de ces moments sont qu'il les a vécu pour lui au ralentit.

Je pense que plutôt son cerveau intelligent c'est déconnecté et qu'il a fait place au reptilien. Il a vécu ces moments tels que le cerveau le voit: instantanément et pas ralentit par le néocortex pour interpréter les choses et leur en donner du sens.

Il a vécu, pour son cerveau reptilien, un moment de survie et donc sans interférence, a laisser exprimer son corps, entrainé a tomber, et du coup a pu simplement voir tout ce qui se passait comme cela doit se dérouler dans son cerveau. Comme le fait ici que je tape dans penser aux touches et que cela viennent tout seul. Si je pouvais déconnecter le cerveau penseur, à ce moment là je pense que je verrais mes touches et que le cheminement de mes doigts me paraitrait lent. C'est d'après moi le reptilien qui a "decider" de reprendre le devant et de couper le néocortex, comme quand un adulte décide de reprendre les rennes quand l'enfant ne sait plus où il va.

C'est après que le néocortex a interprété la lenteur par les références de sa vie de tous les jours.

C'est ce que doit vivre les sportifs de grande vitesse tel les skieurs et aussi Morihei Ueschiba avec son moment des balles ou des trajectoires du katana d'un escrimeur professionnel.

Je l'ai aussi vécu quand j'ai eu mes accidents sur l'autoroute et lors de la percussion avec le cerf sauf que là je ne voyais que les choses sans pouvoir y faire quelque chose... remarque je suis toujours vivant j'ai peut être agi sans m'en rendre compte pour être toujours de ce monde: un aquaplaning a 110 kmh sans une égratignure...

Aussi cela me fait penser au test de la porte pour savoir si le samouraï est de haut niveau. Celui qui l'est ne passe d'ailleurs même pas la porte ressentant le traquenart. Je me demande du coup si ce n'est pas la capacité qu'à le cerveau reptilien a reprendre le dessus dés qu'il en ressent la necessité et du coup percevoir et ressentir tout ce qui nous entoure avec cette acuité "animal" de survie que l'on doit chercher dans l'art martial, pour eviter que notre cerveau penseur met "3 heures" à décrypter pour nous tromper suivant d'ailleurs notre humeur du moment.

Aussi le reptilien n'a pas de peur, il y a juste un moment de survie on doit aussi faire sauter le cerveau mamifère, siège des émotions. La survie n'est pas une réponse à la peur de mourir, c'est juste une nécessité celle de survivre.

Le debutant reçois le coup de bâton, le pratiquant avec un peu de chance fait une parade, l'expert a le temps d'esquiver, le maître ne passe même pas cette porte (après certain recopie d'ailleurs cette attitude, comme de ne pas tourner le dos à l 'entrée, sans en comprendre ou plutôt ressentir l'enseignement qui a en fait derrière).

Il y a une des méthodes qui consiste à pratiquer la méditation de façon quotidienne pour savoir justement rentrer directement et par habitude dans cet état non ordianire de conscience. Au début c'est long mais rapidemment par l'acharnement, le cerveau sait diffuser ces ondes alphas (ou "bêta" comme bête, animal) très rapidement pour rentrer dans cette phase de transe.

09:53 Écrit par jemetone2tou | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire