05/12/2011

448 Débrief Stage Ch.T Novembre 2011 Bordeaux

27 octobre 2011: Stage Christian Tissier.
Toujours autant de monde. Préparation du corps avec des rotations des articulations principales mais avec de plus en plus des problèmes de corps au fur et à mesure des années qu'il intervient. Aujourd'hui toujours le genoux et il faut rajouter l'épaule.Ca me laisse perplexe pour la pratique dans le temps.
Tout d'abord les techniques de bases sont des codes pour apprendre des principes de placement et déplacement, des rotations autour d'un axe mais comme le katate dori sotokaiten ça ne fonctionne pas comme c'est enseigné sur un débutant. Il faut qu'on le guide et conditionne pour que la technique fonctionne. Cela dit dès que tori s'adapte au contrainte naturel de uke cela devient donc une application.
La technique katatedori shionage ura avec l'idée du triangle avec son partenaire pour que toutes actions soit annulé. Ainsi le uke ne doit pas subir la technique de manière trop maniéré pour faire plaisir au tori mais plutot rechercher comment annuler les placement de tori de la façon la plus naturel possible. Ensuite pour l'avancé à force de subir cette technique il sait où il doit se placer pour la recevoir au mieux. Ainsi quand tori coupe dans la direction uke pose le genoux coté partenaire et comme tori continue son action,uke doit poser ses fesses car cela reste toujours la meilleure solution pour recevoir cette technique sans en être une victime passive. Ainsi de suite uke déroule sur le dos. Ainsi uke n'a pas chuté parce que la technique l'a obligé mais parce que c'était l'option nécessaire pour la recevoir le plus naturellement possible. Ainsi tori pour réussir cette technique avec uke doit quand même toujours avoir un temps d'avance. Aussi si tori va plus vite uke ne pourra pas dérouler sur l'arrière, il devra tourner ses hanches pour faire une chute avant. Mais là je me demande quel est la limite du keashiwaza, c'est à dire le retournement de situation (et non pas le contre sinon ça ne serait plus de l'aikido) et donc aussi le rôle d'uke qui est dans la position du donneur de contrainte & subisseur. Aussi pour rentrer dans le katetedori de uke et faire son pivot sans être en danger le pivot ne peut pas se faire sur le point de contact pogné, ni sur l'axe hanche de devant mais du coup sur la hanche de derrière avec un rapprochement du corps de tori de cette axe de contact poigné.
Ensuite toujours dans cette esprit de recherche d'annulation de uke des mouvements de tori, Tissier a démontré une entrée sur katatedori par l'interieur tout en maintenant une distance par une présence d'atemi mais uke bouge pour revenir dans une position de neutralité pour les deux dans un esprit aikido. Sinon il pourrait partir vers celui d'autres arts martiaux de percussion mais cela deviendrait une escalade rituel de domination qui ne ferait que monter. Il y a toujours une réponse: par exemple il contre l'atemi avec une gifle violent il y aura une réaction de tori même par des yeux réprobateurs.
Donc dans ce mouvement, l'idée illustré est celle de trouver la limite de uke. Pas son déséquilibre du à un déplacement de son épaule de la zone de sustentation mais un déplacement nécessaire et imuable du corps de uke. Pour image celle de uke on l'amène à faire une fente en avant, comme un escrimeur, mais il y a un moment où il devra bouger son pied arrière pour retrouver une position normale et c'est là que l'on peut intervenir.(peut être que c'est le seul moment où son cerveau est occupé à récupérer un équilibre mais on lui donne une autre direction qui a du coup mal à s'adapter) ici c'est au moment ou uke ramène sa jambe arrière alors on l'amène vers le haut sur sa pointe des pieds sans qu'il y est une sensation de contrainte ou de douleur, uke doit ressentir une nécessité d'être dans ce mouvement et qu'il est immuable parce qu'il n'y pas d'intention de tirer ou malmener le partenaire.
La même chose pour sotokaitennage ou projete le partenaire est une necessite de venir. Ainsi toujours le triangle avec la pointe représenté par les mains de tori et uke, puis le rassemblement sur son genoux edt création de l'axe, sa cheville le poignet de uke, son propre poignet et son coude et son épaule. On amene son poignet pris devant soi avec une rotation de supination en pronation ce qui créé une limite de uke dans cette direction, il va alors récupérer et c'est dans ce moment là qu'on peut le prendre dans le sotokaiten.
Mais tout ça se sont des moments de vérifications qu'il faut savoir effacer pour qu'ensuite la technique passe réellement comme l'image du golf. Qui plusieurs fois fait un bout de mouvement pour ressentir ses positions de poignets, jambes etc mais quand il lance le mouvement il doit faire confiance à son corps et c'est seulement le bruit et la direction de la balle qui lui dira si son coup à réussit.

... Ainsi il faut effacer son aikido maniéré, maniéré pour ressembler à son idéal.
Pour ensuite finir sur le koteagaeshi avec son système de retournement en laissant sa main en arrière. Ce qui est intéressant c'est que même si uke revient vers l'avant pour annuler le triangle alors cette méthode fonctionne encore mieux car on accentue le mouvement de uke qui ne sait plus où il peut trouver une situation stable pour son pied avant et comme le retour est inéluctable il doit faire la chute avant.
Aussi la technique ne peut réussir que si et seulement si on l'amène de bout en bout, en connaissant les points d'entrés et de fin sans donner d'interférence dans la technique qui peuvent donner des info au uke et donc résister ou être chewing-gum. Exemple du kotegaeshi même sur un point de karaté qui empêche au point de départ toute rotation. Elle ne fonctionne alors que si on déplace le point d'un point à l'autre et si on bouge tout le corps de uke dans son ensemble. Comme un peu le système du bras de Kono senseï pour le soulever en pensant que celui si est très grand ce qui nous amène a soulever comme en fait un plus grand bâton et qui induit a prendre en compte le corps dans son ensemble et non pas le point que l'on veut soulever.

09:38 Écrit par jemetone2tou | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire