05/12/2011

449 Débrif stage Léo Tamaki octobre 2011 Bordeaux

21&22 octobre: Stage Léo Tamaki.
Weekend basé sur la notion d'irimi. Préparation du corps par le relâchement et non pas étirement avec des exercices par une respiration profonde.
Ukemi avant en partant à genoux et en contrôlant son corps par une vitesse contrôlée et constante sans à coup. Contrôle de son corps pour ne pas croiser sa colonne vertébral avec le sol c'est à dire passer par le bras droit et finir sur la fesse droite et pas avec la gauche comme d'habitude. Savoir passer sa tête sous le bras comme faire une roulade sur place (ndlr ce que démontrait souvent Tamura)
Ukemi arrière par le relâchement,"on cherche à épurer ne rajouter donc pas de contraction", avec toujours le même principe de régularité dans la vitesse d'exécution on ne recherche pas l'impulsion pour nous faire aller en arrière mais le relachement. Exemple allongé sur le dos, pour ukemi arriére, on relève les jambes et les fesses sans utiliser la contraction de surface mais les muscles profonds (sensation de creux et de mou dans le ventre).
Aussi en fermant les yeux à genoux ressentir la poussé du partenaire et aller à la roulade sans à coup ni en retard ni en avance.Idem debout et même en temps que tori ressentir instantanément l'attaque pour effectuer une technique.
Une proposition de technique mais toujours un travail sur l'attaque pour ne pas faire d'appel "pouvoir travailler avec des attaques qui ne feront pas de mal mais qui se rapprocheront plus du martial".
Ainsi travail sur le tsuki jo, sans appel vers l’arrière du bras, sans appel du corps qui se balance vers l'avant, sans appel des pieds etc. idem pour le tsuki, pour le shomen au bokken (conseil de Léo acheter un bokken équilibré) et enfin le yokomen.
Rentrer de hamni en "sodemi"(à vérifier), c'est à dire le 3/4 et finir de profil mais en avancer en ligne droite pour ne pas s'éloigner d'uke.
"les maîtres ne vont pas vite ils ne font plus de geste parasites" (ndlr est ce suffisant? n'y a t il pas aussi un travail mental?)
Aussi il a montré la marche japonaise, la marche est culturelle. Celle ci se fait sur la pointe des pieds en balançant les bras de même coté que les jambes et avec le talon légèrement élevé. Ainsi en déplacement aiki, non seulement on ne passe pas la barrière du talon mais en plus on reste léger pour repartir aussitôt. Il a expliqué que ce déplacement là valaient suivant sa morphologie et ce qu'il recherchait. Certain grands expert aiki étaient très stable comme Saïto, mais O Sense¨était toujours très léger sur ses appuis pour repartir très vite.
Son aïkido doit pouvoir se faire sans la participation de uke (pas comme Endo ou la recherche de contact des 2 partenaires est essentiel) cependant uke ne doit pas chercher seulement à attaquer, il doit être présent tout le temps, par le regard, par la recherche de ne pas se faire toucher par un atémi et donc choisir effectivement la chute pour sortir de la situation que tori donne en ne laissant aucune ouverture.
Il a proposé une prise du bokken tout en équilibre dans les mains. Le truc c'est qu'on doit pouvoir enlever le ken des doigts sans que le tori crispe sur le manche. Il a démontré le retour du ken vers lahaut avec ce dernier retourné,car comme on ne serre pas le ken on peut créer un mouvement de rotation du ken sans que les mains bouges.

09:39 Écrit par jemetone2tou | Commentaires (0) |

Écrire un commentaire